05 jan 2016

Les déchets: matière primaire? Oui, combustible ? Non.

. Les déchets: matière primaire? Oui, combustible ? Non Mardi passé, les députés bruxellois Arnaud Pinxteren (Ecolo) et Annemie Maes (Groen) ont interrogé la ministre Fremault (CDH) au sujet de la résolution que le gouvernement bruxellois a prise pour accorder des certificats verts aux incinérateurs de Neder-Over-Heembeek. « Le but des certificats de courant vert est de soutenir de nouvelles technologies vertes. Dans le cas des incinérateurs, il s'agit d'une installation de 30 ans qui n'a pas besoin d'investissements supplémentaires et on a en outre fait le deuil de ce projet il y a longtemps », a dit Arnaud Pinxteren.

 

L'ancien régulateur indépendant Brugel avait déjà dénoncé la discrimination relative à l'attribution de certificats verts aux anciens incinérateurs. Normalement, un certificat vert est valable pour une durée de 10 ans dès l'inauguration. Dans le cas de l'incinérateur, le certificat vert sera valable dès la ratification de la résolution.  Dans son avis du 9 septembre, Brugel l'a appelé un « maniement exceptionnel et discriminatoire à l'égard des autres installations »

Les verts craignent que ce soutien pour brûler des déchets, rende les incinérations de déchets plus attractives que d'autres manières plus écologiques. Voilà pourquoi Annemie Maes pense que le gouvernement bruxellois ferait mieux de chercher ailleurs d'autres sources de revenu. « Les déchets, c'est une matière primaire et pas un combustible »

Au lieu de bruler nos déchets, nous devons nous dévouer à une collecte séparée de déchets mieux organisée, afin d'utiliser nos déchets dans l'économie circulaire ». Le conseil central de l'économie vient de calculer que cette économie circulaire générera de très nombreux emplois : pour 1000 tonnes de déchets on aura besoin de 200 emplois pour les récupérer, 15 emplois pour les recycler et un emploi pour les brûler.

Les trois  incinérateurs de Neder-over-Heembeek sont actifs depuis 1985 et viennent d'obtenir une nouvelle autorisation. En 2018 le contrat de gestation sera néanmoins réexaminé et Groen et Ecolo pensent que dans cette révision, le but devra être de fermer au moins un des trois incinérateurs. « Au lieu de soutenir cette vieille et polluante technologie, nous devons l'abandonner » disent les deux partis verts.

Reacties

Please check your e-mail for a link to activate your account.