05 jan 2016

Attaquez – vous aux pics de pollution

Attaquez ? vous aux pics de pollution Le reportage du Terzake l'a de nouveau prouvé: la Flandre et la Wallonie sont les plus grands pollueurs en Europe. C'est toujours le cas, mais d'autant plus quand nous sommes au seuil de l'hiver, nous pouvons attendre des pics de pollution graves. Il est donc grand temps qu'on réforme ce projet pour qu'on puisse au moins éviter la pollution la plus grave. Mardi dernier, Annemie Maes a posé des questions à la ministre Fremault par rapport à sa résolution de réformer le d'urgence en cas

Plande pic de pollution. Cela nous fait plaisir de voir que la ministre suit nos conseils et donne suite à quelques de nos propositions :

  • Une première critique que nous faisons est reliée aux prédictions qui occasionnent l'annonce du Plan d'urgence en cas de pic de pollution : elles ne sont pas assez précises. Une réponse sur la question écrite de Annemie Maes a démontré que sur ces trois dernières années, deux fois le plan de pic de pollution n'a pas été mis en marche, même s'il apparaissait rétrospectivement nécessaire de le faire.
  • Deuxièmement, nous critiquons la circulation alternée de la deuxième phase de pollution. Cette circulation est difficile à maintenir et n'atteint pas nécessairement les voitures qui polluent le plus. La circulation alternée atteint de manière aléatoire les voitures avec une plaque d'immatriculation impaire et paire, mais pas nécessairement les moteurs les plus polluants. Ce que nous proposons depuis quelques temps est par conséquent d'interdire les moteurs les plus polluants. Il semble que la ministre donne suite à notre proposition : elle a demandé à Bruxelles Environnement d'examiner la situation.
  • La troisième critique que nous faisons est liée aux valeurs liminales, qui sont trop basses. La réaction sur cette critique de la ministre n'est rien d'autre qu'un pansement sur une jambe de bois. Elle instaure une nouvelle valeur liminale : dès une pollution de 50 µg, la 'phase 0' sera mise en marche. Cette mesure est purement mise en place pour sensibiliser, comme  la 'phase 1' actuelle, pour laquelle la limite reste 70µg. Les mesures vraiment effectives ne seront instaurées que dès 100µg, ce qui est le double de la valeur limite en Europe!

Groen félicite la ministre pour ces pas pris dans la bonne direction, mais veut l'inciter à prendre des mesures énergiques. Une mauvaise qualité de l'air est un tueur silencieux et tous les bruxellois l'éprouvent. Les pauvres l'éprouvent en particulier. Il est par conséquent inacceptable qu'il faille attendre le moment où le degré de pollution soit deux fois plus grave, avant que l'Europe accepte qu'on agisse.

Nous trouvons bon que les mesures soient adaptées, ce qu'il faut maintenant est réduire les limites.

Reacties

Please check your e-mail for a link to activate your account.